L’oligarque russe et l’avocat blanchisseur

Le milliardaire russe Suleyman Kerimov, représentant de la République du Daghestan au sein de la Fédération de Russie, a été arrêté lundi 20 novembre 2017 à l’aéroport de Nice. Il est en garde à vue à la PJ de Nice pour une affaire de blanchiment de fraude fiscale dans une villa de luxe au Cap d’Antibes.

Cet homme, un des plus riches et des plus secrets de Russie, dont la fortune est estimée à 7,8 milliards d’euros par le magazine Forbes, a transféré l’essentiel de ses actifs en Suisse, où il a fait l’acquisition du club de football FC Luzern. Il s’était fait remarquer de façon spectaculaire sur la Côte d’Azur en novembre 2006, lorsque sa Ferrari Enzo noire, immatriculée en Suisse, avait pris feu à la suite d’un violent accident de la circulation, sur la promenade des Anglais de Nice.

Ferrari Kerimov 2006

J’avais raconté l’affaire qui lui vaut son arrestation dans Mediapart le 26 février 2017, sous l’angle du sulfureux avocat fiscaliste qui a élaboré son opaque montage fiscal.

Blanchiment : l’avocat qui fait trembler la Côte d’Azur

Par

Stéphane Chiaverini est avocat. Mis en examen pour « blanchiment de fraude fiscale », il est suspecté d’être à l’origine de montages offshore qui ont permis de soustraire une centaine de millions d’euros au fisc français. Dans son giron, on retrouve : un juge de Monaco, un milliardaire russe ou une célèbre famille de marchands d’art…

 

France Inter, affaires sensibles

Mardi 3 octobre à 15h, ne manquez pas l’émission Affaires sensibles, de Fabrice Drouelle, sur France Inter.

J’y suis invitée pour parler de Monaco et de l’assassinat de la milliardaire Hélène Pastor, héritière d’un empire immobilier, assassinée avec son chauffeur le 6 mai 2014 à Nice.

J’ai consacré une BD à cette affaire hors du commun, titrée D’or et de plomb, avec le dessinateur Thierry Chavant, parue dans La Revue dessinée numéro 13, parue à l’automne 2016.

La revue dessinée Monaco

Repenti : un témoignage exceptionnel

ChossatLe livre de ma rentrée n’est pas un roman. Repenti (Fayard) est le témoignage d’un ancien soldat de la Brise de mer, le clan mafieux qui a tenu la Corse sous sa coupe pendant plusieurs décennies. Son auteur, Claude Chossat, est un revenant, un miraculé, un survivant.

Après avoir accepté de témoigner devant la justice, il a dû fuir la Corse et tente de refaire sa vie sur le continent avec sa famille. Sa vie ne tient qu’à un fil. Il ne bénéficie pas du statut officiel de « repenti », qui lui aurait garanti de refaire surface quelque part sous une nouvelle identité.

Le récit de sa plongée dans la vie quotidienne de la Brise de mer, comme chauffeur et armurier de Francis Mariani, son chef le plus sanguinaire, est d’autant plus terrifiant que Claude Chossat ne cache rien de ses émotions, de ses doutes, de ses peurs.

Le livre se lit aussi comme un témoignage unique, exceptionnel, du fonctionnement de ce clan mafieux dont tous les chefs sont aujourd’hui morts assassinés.

J’ai bu un jus d’orange à la terrasse d’un bar Montparnasse avec Claude Chossat, le jour de la sortie du livre. La douceur qui émane de cet homme est troublante, au regard de ce qu’il a vécu.

Je vous recommande chaudement la lecture de son livre. Il risque sa vie pour nous livrer les secrets de la Brise.

 

Le grand atelier série

Bientôt une nouvelle corde à mon arc  : scénariste de série télévisée !

Du 12 septembre au 15 décembre, je vais suivre à Paris une formation qui s’annonce passionnante : le grand atelier série au Conservatoire européen d’écriture audiovisuelle.

Le programme est ambitieux :

acquérir les méthodologies spécifiques permettant d’optimiser le développement de son concept original de série.

Utiliser les outils d’analyse pour valider, étape par étape, le développement de son concept.

S’aguerrir aux contraintes techniques de l’écriture sérielle au format 52’.

Pitcher son concept de série à des producteurs.

J’ai hâte de démarrer !

 

 

 

 

Les révélations de Mediapart sur les vacances en Corse des ministres Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin… et leurs suites

Une vive polémique a suivi nos révélations sur le lieu de vacances des ministres Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin dans Mediapart le 16 août.

J’ai notamment donné une itv au quotidien La gazette de l’Eure, le département de Sébastien Lecornu, dont il a été président du Conseil général après avoir été maire de Vernon.
Parmi les soutiens inattendus, celui de Closer, qui confirme nos informations et contredit le communiqué publié par les ministres sur leurs pages facebook.

France Info : polémique sur les villas Ferracci

Dimanche 13 août, j’ai commenté sur France Info la polémique sur les villas Ferracci.

Pour en savoir plus sur le fond de l’affaire, voir mon article du 6 avril 2017 dans Mediapart : la famille corse qui murmure à l’oreille de Macron.

Villas corses sur un site protégé : un cas « tout à fait emblématique »La baie de Rondianara, à Bonifacio, en Corse-du-Sud. 

Pour la journaliste d’investigation indépendante, Hélène Constanty, ce qui est choquant dans l’affaire des villas de Pierre Ferracci c’est « qu’il suffit de payer une amende d’un million d’euros, et le tour est joué ».

La baie de Rondianara, à Bonifacio, en Corse-du-Sud.  (MAXPPP)

Deux ministres louent la villa en Corse d’un repris de justice

Newly appointed French Minister for Public Accounts, Gerald Darmanin, arrives to attend the first cabinet meeting at the Elysee Palace in Paris

Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin ont loué une villa dans la région ajaccienne. Pas de chance : c’est celle de l’ancien président de la chambre de commerce d’Ajaccio, militant nationaliste condamné pour trafic de drogue international.

L’article, publié dans Mediapart le 16 août 2017, est à lire ici (accès payant).