Archives du mot-clé mafia

Repenti : un témoignage exceptionnel

ChossatLe livre de ma rentrée n’est pas un roman. Repenti (Fayard) est le témoignage d’un ancien soldat de la Brise de mer, le clan mafieux qui a tenu la Corse sous sa coupe pendant plusieurs décennies. Son auteur, Claude Chossat, est un revenant, un miraculé, un survivant.

Après avoir accepté de témoigner devant la justice, il a dû fuir la Corse et tente de refaire sa vie sur le continent avec sa famille. Sa vie ne tient qu’à un fil. Il ne bénéficie pas du statut officiel de « repenti », qui lui aurait garanti de refaire surface quelque part sous une nouvelle identité.

Le récit de sa plongée dans la vie quotidienne de la Brise de mer, comme chauffeur et armurier de Francis Mariani, son chef le plus sanguinaire, est d’autant plus terrifiant que Claude Chossat ne cache rien de ses émotions, de ses doutes, de ses peurs.

Le livre se lit aussi comme un témoignage unique, exceptionnel, du fonctionnement de ce clan mafieux dont tous les chefs sont aujourd’hui morts assassinés.

J’ai bu un jus d’orange à la terrasse d’un bar Montparnasse avec Claude Chossat, le jour de la sortie du livre. La douceur qui émane de cet homme est troublante, au regard de ce qu’il a vécu.

Je vous recommande chaudement la lecture de son livre. Il risque sa vie pour nous livrer les secrets de la Brise.

 

Mediapart 2017

 

J’écris dans Mediapart, un journal d’information numérique, indépendant et participatif, depuis 2014.

Son slogan  : « Seuls nos lecteurs peuvent nous acheter ».

Mes sujets de prédilection ? Les affaires troubles du quart sud-est de la France : la Côte d’Azur, la Corse, Monaco, le Var. Corruption, mafias, grand banditisme, affaires politico-financières sont mon pain quotidien…

Lire la suite

Corse, l’étreinte mafieuse

Corse étreinte mafieuseUn livre enquête édité par Fayard, paru le 15 mars 2017

Le FLNC a déposé les armes. Les bombes se sont tues. En décembre 2015, les nationalistes ont pris le pouvoir par les urnes à la Collectivité territoriale de Corse.

Mais la violence n’a pas disparu, bien au contraire.

La mafia a placé l’île sous coupe réglée. Elle a durablement infiltré l’économie. Elle rackette les commerçants, capte les marchés publics et blanchit l’argent sale dans des projets immobiliers.

Lire la suite